Retourner à la liste des témoignages

Assumer une AVS avant de s'en émanciper pour gagner en autonomie

Traumatisme crânien
AVS
alternance
PHARES
job d'été

Prénom : Elizabeth

Type(s) de handicap : Cognitif

Spécialité(s) étudiée(s) : Etudiante en BTS services et prestations du secteur sanitaire et social

Ville : Bruyères

 

Témoignage : 

Thème 1 : Présentation du handicap

Je m’appelle Elisabeth Cortana  et à travers ces quelques lignes, je souhaiterais  partager avec vous mon parcours et mes impressions sur la FÉDÉEH.

Tous d’abord, à l’âge de 12 ans j’ai été victime d’un accident sur voie publique, à la suite mes séquelles ont étaient une hémiplégie côté droit ainsi qu’un grave traumatisme crânien avec perte de mémoire. J’ai été suivie par l’hôpital Necker en réanimation puis à l’hôpital Saint Maurice pour un suivi en rééducation. 

Je me suis bien rétabli sur le plan moteur, mais je souffre toujours de fatigue, de lenteur, de trouble de l’attention, et d’une déficience à mémoriser.

Actuellement j’ai 20 ans, je vis toujours chez mes parents, et je suis scolarisé à Argenteuil au lycée Fernand & Nadia Léger je suis étudiante en 1ère année de BTS services et prestations du secteur sanitaire et social pour un durée de 2 ans.

Je me rends au lycée à l’aide d’un taxi, transport pris en charge, afin de soulager la fatigue et ma lenteur mais aussi j’ai toujours une AVS qui me suit durant mes cours pour écrire pour moi mais aussi me réexpliquer les cours. Actuellement j’essaie de m’émanciper de l’aide de l’AVS pour apprendre à être plus autonome et, ainsi, mieux préparer l’avenir. J’ai aussi le support d’un ordinateur portable pour écrire les cours quand je ne suis pas trop fatiguée parce que suivre  et écrire en même temps pour moi c’est assez difficile. Malgré que l’AVS me coupe un peu des liens que je peux me faire avec les autres élèves durant les cours en dehors j’arrive à avoir une complicité avec les autres élèves. 

Au début c’est un peu dur car ils me posent certaines questions sur la présence de l’AVS comme certains professeurs me questionnent sur mon handicap. Mais cela ne me dérange pas du tout. Je suis assez plutôt contente car ça me permet de « briser la glace ». 

Thème 2 : Scolarité

Mon BTS me permettra pour moi plus tard, je l’espère, de continuer mes études en Licence professionnelle, mention ressource humaine. Je dois effectuer des stages pendant ces 2 années de BTS, stages qui seront effectués dans la protection sociale en 1ère année et en sanitaire et social en 2ème année. Cela me permettra de me familiariser avec le monde du travail mais aussi d’analyser si ma fatigue et ma lenteur seront des limites. Je ne veux pas m’autocensurer mais j’appréhende car je crains de  m’être fixée des objectifs trop difficiles à atteindre.

Thème 3 : Vie professionnelle

Je recherche un job d’été pour financer mes études, m’acheter un ordinateur portable car en ce moment la Maison Départementale des Personnes Handicapée (MDPH) me prête un ordinateur portable pour l’adaptation de mon suivi scolaire. Je pense que ce job d’été me permettra de mieux évaluer mes capacités en situation de travail réel et me donnera confiance pour mieux appréhender mon insertion professionnelle. J’en attends aussi de pouvoir m’émanciper un peu de mes parents et gagner en autonomie ; toujours les solliciter pour les questions matérielles s’avère de plus en plus difficile. 

Thème 4 : Loisirs

Je suis une passionnée et j’adore Paris et la mode parisienne, je suis une addict du vintage, j’ai des amis qui partagent ma passion donc je suis souvent dans les recoins de Paris pour trouver des trésors.

Thème 5 : La FÉDÉEH

Je suis une ancienne du programme PHARES et j’ai entendu parler de la FÉDÉEH par Félice Goyet qui m’a invité à rejoindre l’association. Je suis une fille assez motivée pour tout ce qui est nouveau et qui me permettra d’échanger sur mon histoire et mes difficultés avec ces jeunes qui sont semblables à moi. Etre étudiant handicapé ce n’est en effet pas facile. Les professeurs ont des préjugés sur les jeunes en situation de handicap ; ils ne le disent pas mais on le ressent. 

Mon but est d'aller le plus loin possible sans vraiment me dire que j'ai un handicap qui me ralenti. Je suis très mobilisée à aider les jeunes adolescents qui sont dans la même situation que moi et je leur dit surtout " ne regarder pas les autres car tu es plus fort ". Je prends le handicap comme une différence qui m'apporte plus que les autres.

Donc apporter une aide supplémentaire pour notre réussite dans le monde des études avec des personnes mobilisées en notre faveur cela me fait chaud au cœur et me donne l’envie de me battre encore et de réussir dans mes études.

Date du témoignage : le 16 mai 2012