Retourner à la liste des témoignages

Bien que l'accueil dans l'enseignement supérieur ne soit pas optimal, un jeune sourd réussit ses études et son insertion professionnelle

déficience auditive
handicap invisible
ORL
surdité de perception
opération chirurgicale
repli sur soi
regard des autres
carte d'invalidité
sonorisation
passage des cours
Université de Nanterre
Master
RH
Université de Paris Sorbonne
Apprentissage
Alstom
entreprenariat
handicafé

Prénom : Lyes

Type(s) de handicap : Auditif

Spécialité(s) étudiée(s) : Master RH

Métier : Chargé de ressources humaines

 

Témoignage : 

Thème 1 : Présentation du handicap

(Présentation de la déficience, impacts sur la vie quotidienne, structures spécialisées, regard des autres, logement, transports …)

Etre Handicapé auditif n’est pas une chose facile, d’autant que c’est un handicap moins visible, ce qui m’oblige à chaque fois de le communiquer aux autres, aux entretiens, aux professeurs de la fac, aux nouveaux amis….Bien que la médecine a évolué dans tous les domaines, la spécialité ORL n’est pas passée à la vitesse supérieure. Pour les  personnes atteintes de surdité de perception comme moi, la solution chirurgicale n’est pas possible, il faut donc porter une prothèse qui reste une solution peu confortable.

Une personne atteinte d’une déficience auditive est obligée de vivre isolée du reste de la société, à cause du regard des autres qui ne le considèrent pas comme une personne ordinaire. D’un autre côté, nous somme sensés redoubler d’efforts pour pourvoir entendre les autres, à l’école, au travail et même à la maison ; par exemple je ne peux pas regarder la télévision avec les autres membres de la famille qui ne peuvent pas supporter d’augmenter le volume, ce qui m’oblige de me camper dans ma chambre avec mon PC et mes écouteurs !!

Du côté du transport, logement, etc, un handicapé auditif n’a pas accès à certains dispositifs réservés aux personnes handicapées …ne serait-ce qu’une carte d’invalidité !

Thème 2 : Scolarité

(Milieu ordinaire/milieu spécialisé, orientation, relations avec les enseignants et les élèves, …)

Mon handicap ne nécessite pas un milieu ou une structure spécialisée pour poursuivre une scolarité dans des conditions satisfaisantes : une simple sonorisation dans les salles suffit. Malheureusement les salles ne sont pas équipées et même en m’asseyant devant je n’entends pas comme il le faudrait.

Toutes mes expériences avec les enseignants ne sont pas bonnes. Je me souviens à ce jour, au cours de l’année 2010-2012 à l’Université de Nanterre, une réponse  d’une enseignante à qui j’ai confié mes difficultés à suivre son cours. J’ai demandé une possibilité d’avoir des supports de cours pour compenser, mais j’été surpris de sa réponse froide « je peux rien faire pour vous, débrouiller vous en allant récupérer les cours auprès de vos collègues » Heureusement que mes collègues me fournissent mes cours.  Cela n’est qu’un cas isolé parmi d’autres, je peux dire plutôt que la plupart des enseignants sont compréhensifs et sensibilisés aux difficultés de chaque étudiant en situation en Handicap.

Thème 3 : Études suivies

(Type d’études, adaptations et aménagements, difficultés rencontrées/solutions trouvées, …)

Actuellement je suis en master RH option développement des compétences à l’université Paris 1 « Panthéon La Sorbonne ». Bien que je suis dans un groupe composé de 13 étudiants, la problématique est la même, pas de sonorisation, pas de tiers temps aux examens. 

Les enseignants ne sont pas tous sensibilisés forcement à mon handicap, je suis obligé à chaque fois  de communiquer ce problème à l’enseignant.

Malgré ces difficultés j’ai réussi à poursuivre des études supérieures. La clé du succès, et la seule, repose sur ma volonté, ma détermination de franchir les barrières du handicap. Le remède est simple : j’évite d’assister aux cours magistraux sauf pour les TD obligatoires et je travaille toute la journée tout seul à la bibliothèque. Cette année les choses sont un peu différentes, je suis en apprentissage et j’ai assisté jusqu’à présent à la totalité des cours, même si des fois je compte les heures, car au final j’entends rien au tour de moi !

Thème 4 : Vie professionnelle

(stages / jobs d’été/apprentissage/ carrière professionnelle, aspirations, craintes/espoirs, aménagements, relations avec les collaborateurs, …)

Par contre dans la vie professionnelle le retour est beaucoup plus positif, actuellement je suis apprenti chargé de formations obligatoires au sein d’ALSTOM POWER SERVICE FRANCE. Recruté en tant que stagiaire d’été pendant la période juillet - aout 2013, mes responsables se sont vite convaincus de mes compétences. A ce titre ils m’ont proposé de faire ma passé mon année d’apprentissage chez eux. Actuellement je gère les formations d’environ 1500 collaborateurs avec une fourchette de formation très diversifiée.

Les relations avec mes collègues et les collaborateurs en général sont très positives. Bien qu’ils soient sensibilisés à l’encontre de mon problème de santé, personne ne me considère comme étant handicapé, mais comme un bon collaborateur avec une performance qu’ils n’attendaient pas.

Le seul retour négatif aux cours de mes expériences professionnelles date d’août 2009. Mon DRH d’alors ne cessait pas de me qualifier à chaque fois de malentendant et m’a poussé à démissionner.

Actuellement j’aspire à terminer mon année d’apprentissage et de trouver le plus rapidement un emploi, mais créer ma propre affaire n’est pas une solution écartée également.

Thème 5 : Loisirs 

(sports, culture, structures spécialisées, …)

Du côté du sport et loisirs, j’ai accès comme toute autre personne ordinaire. 

Thème 6 : La FÉDÉEH

(Motivations, attentes, satisfactions, …)

Je suis rentré en contact avec la FÉDÉEH à l’occasion d’un Handicafé© organisé en 2011 à l’Université de Nanterre. La FÉDÉEH m’a permet de découvrir des actions humaines en faveur des étudiants du handicap, moi j’ai été accompagné pour trouver une école dans le cadre de ma formation en apprentissage, et parmi toutes les autres organisations qui j’ai sollicitées, seule la FÉDÉEH m’a semblé engagée dans le concret

Ce que j’attends personnellement de la FÉDÉEH ? Qu’elle continue de travailler dans la continuité de ce qui a été fait et je continuerai à la soutenir. Pour ce qui est du site internet, je souhaite qu’il soit un espace recrutement où les étudiants trouvent toutes les annonces d’offres d’emploi de stage …

Date du témoignage: le 19 avril 2013