Retourner à la liste des témoignages

Comme mon handicap ne se voit pas, beaucoup de personnes pensent que j'exagère lorsque je rencontre une difficulté

Albinos
Autonomic
AVS
déficience visuelle
Déplacement
EPF
Formation binationale franco-allemand
Italie
Manga
Orthoptie
S
SDIDV
SES
tiers-temps

Prénom : Mélanie

Type(s) de handicap : Visuel 

Spécialité(s) étudié(e)s : 

Ville : 

Thème 1:  Présentation du handicap 

Bonjour, je m'appelle Mélanie et j'ai 18 ans. Je suis déficiente visuelle depuis ma naissance. Je suis albinos, c'est à dire que je n'ai pas de mélanine. En d’autres termes, je n'ai pas de protection contre les rayons du soleil. Ce qui fait que mes yeux sont sensibles à la lumière du soleil. Je suis aussi atteinte de myopie et j'ai un nystagmus (mon œil bouge tout seul sans que je m'en rende compte). Dans la vie de tous les jours, je me déplace comme tout le monde, je prends les transports, j'arrive à me repérer dans la rue... Par exemple, quand je vais dans un endroit que je ne connais pas, je regarde où se situe les arrêts des bus, tramway et station de métro afin de me faire des points de repères. J'utilise d'autres points de repères comme les pharmacies, Postes, Starbucks, McDonald... Il est donc difficile pour moi de me repérer dans un endroit où il y a des travaux, car ils cachent parfois mes repères. Heureusement je peux utiliser le GPS sur mon portable ou demander aux gens si je suis perdue. Comme mon handicap ne se voit pas, beaucoup de personnes pensent que j'exagère lorsque je rencontre une difficulté. Par exemple, en cours, lorsque que j'arrive à lire quelque chose qui est petit, ils pensent que c'est bon : je vois. Ils ne pensent pas que, lorsque je lis quelque chose de petit, je force sur mes yeux. De plus, cela dépend aussi de l’éclairage. Un jour, une amie m’a demandé comment je faisais pour lire ce qui était au tableau alors que je ne vois pas. Je lui ai répondu que je devinais les lettres. En effet, à force de voir la même écriture et en suivant attentivement le cours, je peux deviner ce qui est écrit. Si je recopiais réellement ce que je voyais, cela ressemblerait à des vagues. Mon problème de vue ne dérange pas mes amis qui me connaissent pour la plupart depuis petite, ils me guident lorsqu'il y a trop de soleil, on se met en face de l'écran quand on va au cinéma et ils me lisent ce qu'il y a sur les cartes quand on va au restaurant…

Thème 2 à 4 : Scolarité, études suivies 

Pour ce qui est de ma scolarité, j'ai toujours été dans une école classique. 

A l'école primaire, j'étais suivie par une AVS qui m'aidait à suivre les cours et à expliquer les différents aménagements à mettre en place (document agrandi format A3 et en gras, écrire en gros...). Du CE2 au CM2 j'avais une grande table sur laquelle il y avait un pupitre intégré, avec une grande règle pour bloquer les documents que l'on me distribuait. 

Arrivée au collège, mon AVS a dû changer de secteur et je ne voulais pas avoir une autre AVS. Ma mère m’a donc pris des cours orthoptie pendant 2 ans. 

En 5ème j'utilisais mon ordinateur pour le français et l'histoire et depuis la 4ème je l'utilise pour toutes les matières sauf les matières scientifiques, car je mets beaucoup trop de temps pour écrire les calculs et faire les schémas. Je disposais aussi d'un tableau photocopieur en français en 6ème et 5ème et en Allemand à partir de la 4ème. Pour le brevet j'ai bénéficié d'un tiers-temps et les documents étaient agrandis sur feuille A4 en Arial 16 ou en A3 si cela n'était pas possible. J'ai aussi eu des dictionnaires agrandis, des loupes et un écran agrandisseur à la maison.

En 2012, j'obtiens mon brevet avec mention Assez Bien et je rentre en lycée général. 

Au lycée, je choisis de prendre SES et MPS en option obligatoire et Italien en option facultatif. En maths et en physique, des premières difficultés apparaissent. J'ai du mal à suivre les cours par le rythme rapide. De plus, mes professeurs de maths et de français n'étaient pas très coopératives, j’étais obligée de répéter plusieurs fois d'écrire plus gros. Ce qui fait que j'ai pris du retard et du coup obtenu de mauvaises notes. 

Après avoir réfléchi, je décide vers le 3ème trimestre que je redoublerai ma seconde pour aller en S. Je continue tous de même à suivre les cours en m'investissant pour avoir moins à rattraper pour l'année suivante.

À la rentrée de ma deuxième seconde, je me fais la promesse que je dois être la première dans une matière, ce que je réussis à faire en Italien. Après un bon redoublement, je passe en 1ère S SI.

J'ai choisi cette filière car en terminale, on a un projet à réaliser, dans lequel on utilise nos connaissances acquises en 1ère. De plus, il était plus simple d'aménager les cours de SI que de SVT. 

En effet, il aurait été très difficile pour moi d'utiliser des logiciels du fait de mes problèmes de vue. 

En 1ère et terminale, nous étions 5 à avoir un ordinateur en cours donc les professeurs pensaient à nous donner les documents en numérique. En terminale, j’ai passé 3 concours Avenir, Advance et Puissance 11 ainsi qu'un entretien pour la formation franco-allemande de l'école d'ingénieur EPF. Comme pour le brevet j'ai pu bénéficier d'un tiers-temps (en temps ou question en moins) ainsi que des sujets agrandis pour les concours et le bac. 

A la rentrée 2016-2017, je vais intégrer en première année une formation binationale franco-allemand à l'école EPF.

Thème 5 : Loisirs

En ce qui concerne ma vie extra-scolaire, mes parents m’ont toujours encouragé à faire du sport et à ne pas m'arrêter à mon problème de vue.

Quand j'étais petite, ma mère m’a appris à faire du vélo, à jouer au foot... J'ai aussi fait des arts martiaux : du judo pendant 4 ans et du karaté pendant 5 ans. 

Au collège, je faisais partie d'une classe section rugby. J'ai toujours été attirée par les ballons et les sports de combat. 
Après le rugby, j'ai fait un an de basket puis j'ai arrêté car mes coéquipiers jouaient plus par plaisir que pour le physique. 

J'ai eu la chance de faire plein de voyages à l'étranger, ce qui m'a permis de mieux situer les pays sur une carte. Et ça m’a aussi permis d'échanger avec les autres et de découvrir de nouvelles cultures. 

Au collège, j’ai commencé à lire des mangas et rapidement je me suis fait quelques amis qui ont la même passion que moi. 

Lorsque que j'ai besoin de me vider la tête, j'aime bien courir. J'ai fait plusieurs cross et j'ai même fini 31ème au cross départemental quand j'étais au collège. 

En 2008, j'ai eu l'occasion d'aller en colonie spécialisée grâce au SDIDV mais 1 an après j’ai quitté l'organisation à cause d'un différend avec la direction. 

Thème 6 : La FÉDÉEH

J'ai fait la connaissance de l'association cette année, au salon Autonomic. Ce qui m'a attiré dans cette association, c'est le fait qu'il y a beaucoup de jeunes en situation de handicap qui partagent leurs expériences, et le fait qu'elle soit engagée pour l'insertion dans le monde professionnel des personnes handicapées. Ce que j'attends de cette association, c'est de pouvoir rencontrer d'autres jeunes ou d'autres handicapés afin de partager nos expériences et de s'enrichir humainement. J'aimerais aider d'autres jeunes en leur donnant des conseils pour des problèmes qu'on a en commun.