Retourner à la liste des témoignages

Devenir infirmier : le rêve brisé d'un jeune qui avait concilié études et troubles "dys"

Dyspraxie
dyslexie
troubles du langage
othophoniste
osthéopathe
redoublement
CNED
parents proactifs
parents d'élèves
SEGPA
cours particuliers
dispense de cours
compensation
tiers temps
réduction d'épreuve
adaptation
suivi pédagogique
STI
stage
renvoi d'une école
masseur
scoutisme
cinéma amateur
Handisup
BAFA

Prénom : Pierre*

Type(s) de handicap : Cognitif

Spécialité(s) étudiée(s) : Infirmier

Ville : Paris

 

Témoignage :

Thème 1 : Présentation du handicap

Le « trouble dys » : a été dyspraxie, soigné et corrigé très, très tôt. Repérée à 2 ans. Exercices de coordination du mouvement en Primaire pendant 2 ans.

Ostéopathe en parallèle avec l’orthophonie. L’ostéopathe intervenait avec des massages facio-crâniens. Il soulageait les maux de tête : influence + sur le trouble décélé par l’orthophoniste et qui ne révélait pas complétement de lui. Gros troubles de concentration (30 minutes de concentration maximale puis rapide déclin que l’on ne peut plus compenser…) dans la journée. Méthode Syllabique très adaptée selon les orthophonistes. On pensait à un trouble de langage alors qu’en fait il s’agissait d’une dyslexie prononcée à l’âge de 3 ans.

Thème 2 : Scolarité

Difficulté en CE1 : suivi particulier par orthophoniste au sein de l’école. Passage en force en CE1 que l’on savait d’avance que la classe serait redoublée. La classe est redoublée dans une autre école, avec une classe beaucoup plus petite et cours particuliers pour suivre. Le redoublement s’avère très positif. 2 dernières années avec le CNED à domicile ; enseignement par la mère. Avec mon frère qui a arrêté les cours pour que je ne sois pas tout seul.

Mais la formule a été très mal perçue lors de l’insertion en collège. En Collège public j’ai changé d’orthophoniste. La MDPH exige que je bénéficie tous les jours d’un suivi par orthophoniste. Retiré d’un collège qui voulait m’orienter en SEGPA. J’ai suivi des cours d’orthophoniste 4 fois / semaines dans le privé ; puis 3ème collège : soin au niveau de la dyslexie et cours particuliers pour reprendre confiance sur moi. Préparation de contrôles. Orthophoniste spécialisée en français et en maths. 

La directrice s’est adaptée dans le 3ème collège : donc orthophoniste en substitut du latin et des Arts plastiques. Le handicap est bien compris et compensation au juste milieu. Ce collège m’a appris que j’avais droit à un 1/3 temps ; et si le 1/3 temps n’était pas possible j’avais droit à une notation particulière. Et en Français note au-dessus de la moyenne : prof. de français s’adapte pour ne pas prendre en compte l’orthographe et la rédaction. Refait la 5ème, 2x 4ème et 3ème. Même équipe pendant 3 ans. Lecture courante arrivée dans la 2ème année de 4ème. Lecture fluide sans butter sur les mots. Lecture tardive.

Brevet des collèges : bénéficie pour le brevet et le brevet blanc. A chaque début explique que je suis dyslexique et j’ai découvert que je n’étais pas le seul. Les parents des autres enfants appelaient ma mère par téléphone.

Au lycée public je vais consulter l’infirmière scolaire. Elle explique qui je suis, de quel handicap je souffre, et comment je dois appliquer la loi. Assez de maturité et d’honnêteté pour juger de la justesse de la compensation et éventuellement refuser le tiers - point. Accorde plus d’importance à l’appréciation des profs qu’à la note ; peu importe si la note est bonne ou mauvaise l’essentiel est de progresser. L’objectif est d’avoir le bac donc pas de trop grandes compensations qui auraient biaisés ma compréhension.

Gros intérêt pour l’histoire exprimé dès la 3ème (18/20) au Collège et 20/20 au bac. En bio au collège on me tape les cours. Je prends un bac STI mais je voulais faire L : très intéressé par la philo. Mais avec mon handicap difficile d’attirer vers une T°L. J’ai redoublé ma 1ère terminale mais je n’ai repassé que les notes supérieures à la moyenne en STI.

Thème 3 : Études suivies

Inscription en post-bac ; pas intéressé par un D.U.T Je suis allé voir l’infirmière du lycée et elle m’a introduit à une infirmière du lycée qui était dyslexique. Elle t’a jugé apte et t’aide à rédiger la lettre de motivation ; et elle m’a trouvé un stage. Lors du stage : l’infirmière chef m’a soutenu lors du 1er stage pour continuer la formation. Le 1er stage est validé : 3 infirmières sauf 1 m’affirment que je progresse. L’Ecole Saint Joseph ils n’ont pas appliqué la loi. J’ai validé tous les partiels individuels. Or les partiels de groupe comptent avec un coefficient plus important que le partiel individuel. Pas du tout marginalisé par mon trouble dys ; vice - délégué de classe. Elu donc bien accepté dans le groupe de garçons. Un jour une cadre annonce que je bénéficie d’un 1/3 temps.

2ème stage : l’infirmière m’a dit que finalement sauf en psychiatrie je serais à ma place. Car pas du tout formé à animer en psychiatrie. Comment un jeune de 24 ans peut-il proposer une activité à une personne de 100. Le psychologue ne commente pas ma dyslexie.

3ème stage : Le stage fin de 2ème année et de 3ème année doivent y être pour gagner en rapidité. Encadrée par une infirmière juste diplômée elle s’énervait car elle ne comprenait pas. L’infirmière a rédigé un rapport. Renvoyé du stage, renvoyé de l’école. Mais le conseil pédagogique scelle mon sort. 2 autres étudiants renvoyés par cette infirmière qui n’est sans doute pas compétente. Mais St Joseph ne veut pas se mettre à dos ce terrain de stage.

Forces et faiblesses dans les actes infirmiers : relation au patient par le toilettage et les soins. Orthophoniste très satisfaite car une patiente a repris très rapidement la parole.

Je suis allé voir une psychologue du travail. Exclu pendant 5 ans d’aide - soignant et infirmier.

Les pistes de la psychologue du travail : travail en équipe, accueil de la SNCF contrôleur des clients. Sécurité : car garçon solide et costaud. 3ème : travailler dans les thalassothérapies. Formation de masseur à la Baule. Piste plutôt sur la sécurité : pôle emploi me finance une formation de cadre de sécurité. (coordonner les équipes de jour avec les équipes de nuit). Garde de complexe industriel.

Une thématique pour les ateliers de réflexion. 

Trouver un stage d’observation dans la sécurité. D’autre part animateur-encadrant dans une service social Savenay à côté de Nantes - Saint Nazaire. 

Thème 5 : Loisirs

Télé / foot / scoutisme (assistant chef de troupe)/mer. Avec un bafa : apprendre à nager à ceux qui ne savent pas nager. 

Activités paroissiales : travail sur des films dans petite association à Saint Nazaire.

Thème 6 : La FÉDÉEH

Je l’ai connue sur internet via ma mère.

Handisup Nantes m’a aidé pour les 1/3 temps. Ils m’ont appris à utiliser word et excel avec un animateur spécialisé par la dyslexie. Un réseau qui conseille, qui soutienne un peu moralement. Je voudrais d’autres jeunes qui sont dyspraxiques.

Date du témoignage : le 28 décembre 2012

* Le nom a été modifié pour des raisons de confidentialité