Retourner à la liste des témoignages

Le regard citoyen d'un Rotarien fédéehré sur les dispositifs de compensation du handicap

déficience visuelle
structures spécialisées
Association d'aide aux non-voyants et mal-voyants
GIAA
incompréhension
gêne à l'agard du handicap
transports
enseignement spécialisé
bac ES
INJA
infantilisation
censure
nouvelles technologies
transcription de documents
BTS assistant de gestion
formation en alternance
CFA
aéroports de Paris
accessibilité numérique
Numérisation
mission handicap
Licence pro
Ressources humaines
braille
synthèse vocale
Jaws
Evolution de carrière
sport
tandem
randonnée
réseau social
Rotary
Rotaract

Prénom : Jean Charles

Type(s) de handicap : Visuel

Spécialité(s) étudiée(s) : Gestion- Ressources Humaines

Métier : Chargé de ressources humaines

Ville : Paris

 

Témoignage : 

Thème 1 : Présentation du handicap

Je suis en situation de handicap visuel.

Différentes structures sont spécialisées dans le domaine : écoles, centre de transcriptions et de numérisations (ex : GIAA), structures d’aide à l’insertion professionnelle. 

S’il est compris par certains, le handicap visuel semble être encore incompris par bien d’autres. 

En effet, à mon sens, certains voient le handicap visuel comme la source d’une incapacité totale à toute chose. Prenons l’exemple d’une personne handicapée visuelle qui se fait accompagner par un ami ou autre pour faire ses courses. Le commerçant, dans la plupart des cas, s’adressera à l’accompagnateur en désignant la personne déficiente visuelle, pourtant à côté, à la troisième personne… sans doute par peur ? Par appréhension ? Cela n’en reste pas moins vexant… 

Concernant les transports, prenons l’exemple de Paris. 

Si le réseau de transports en Ile-de-France est très développé et permet de se rendre facilement à un endroit précis, ce réseau reste pour autant inadapté… 

Je ne peux concevoir qu’une ville, telle que Paris, ne possède de transports accessibles aux personnes en fauteuil roulant. En ce qui me concerne plus particulièrement, je trouve absolument aberrant de constater que les quais de métro, de RER ou encore de tramway ne sont, pour la plupart, protégés par des barrières de sécurité. J’ai toutefois conscience que de telles installations restent onéreuses, mais le risque d’accident demeure élevé… 

Thème 2 : Scolarité

J’ai suivi l’ensemble de ma scolarité en milieu spécialisé. 

Le niveau de l’enseignement dispensé m’a permis d’obtenir un baccalauréat économique et social (ES). 

Toutefois, le milieu spécialisé reste fermé et les ouvertures vers l’extérieur restent sporadiques, si je prends l’exemple de l’Institut National des Jeunes Aveugles (INJA). 

S’il doit exister des règles au sein d’une collectivité, je ne comprends pas qu’un élève, au-delà de l’âge de 18 ans, soit contraint d’apporter une autorisation parentale pour une sortie prévue avec une personne de son entourage extérieur. 

Par ailleurs, je trouve déplorable que ne soient évoquées les nouvelles technologies liées aux déplacements (GPS ou autres…). 

Thème 3 : Études suivies

Dans un premier temps, j’ai réalisé un BTS Assistant de gestion PME / PMI en alternance au sein de la Sté Aéroports de Paris. 

Le CFA dans lequel je fus scolarisé avait des classes hébergées par différents lycées de la région parisienne. L’intégration au sein de la classe s’est bien déroulée dans l’ensemble. Les problèmes rencontrés concernèrent l’accessibilité aux cours. 

Au début de l’année, une réunion a eu lieu entre l’administration du CFA, mon professeur référent, l’administration du lycée et moi-même. Il a été convenu qu’à l’aide d’un logiciel fourni par le CFA, le responsable informatique du lycée me numérise les documents, extraits du livre, transmis par les différents professeurs. Les documents me sont parvenus avec un certain retard. De plus, la qualité de la numérisation était souvent médiocre. 

Pour remédier à ce problème, les professeurs me retranscrivaient certains documents. De plus, une solution palliative a été trouvée avec la mission Handicap d’Aéroports de Paris. Une secrétaire itinérante, après accord, a été rattachée à la mission Handicap pour quelques heures par semaine, afin de me retranscrire le reste des documents distribués par les professeurs. Je dois souligner que j’ai été particulièrement satisfait du travail de la Mission handicap en la personne de Carole la secrétaire itinérante. Servie par la volonté politique de la Mission de pallier au maximum les carences en amont du flux elle a réussi avec de faibles moyens techniques à effectuer un travail de qualité. 

Une autre réunion fut alors organisée en amont de la seconde année, afin de connaître les ouvrages utilisés. Après une courte prospection téléphonique, j’ai décidé de faire appel au GIAA, qui possède un département de numérisation. La plupart des documents me sont parvenus en temps et en heure, qui plus est de bonne qualité. 

Au terme de ce BTS, j’ai réalisé une licence en qualité de Chargé des Ressources Humaines à l’Ecole Sup des RH, en alternance au sein de la Sté Radio-France. Les problèmes rencontrés furent identiques à ceux évoqués ci - dessus, mais sur une seule matière. 

Après avoir exposé les problèmes rencontrés lors des deux années précédentes auprès de la directrice pédagogique, celle-ci m’a proposé et s’est engagée à me numériser les documents transmis par les intervenants à l’aide d’un logiciel de type identique à celui évoqué ci-dessus. 

La plupart des intervenants possédaient des documents numériques et me les faisaient parvenir préalablement au cours par e-mail. 

Le problème s’est posé en Droit, l’intervenant n’ayant aucun support numérique. 

Le logiciel leur est parvenu avec deux mois de retard. Il m’a fallu de nouveau faire appel au GIAA en attendant. 

Une fois le logiciel parvenu, les documents transmis ne furent que partiellement lisibles. J’ai donc, avec les originaux, redemandé au GIAA de les corriger ; ceci alors que le partiel en la matière se tenait au mois de mars… 

Thème 4 : Vie professionnelle

Lors de mon exercice au sein de mes deux entreprises d’alternance (Aéroports de Paris et Radio-France), j’étais équipé d’un ordinateur portable avec l’interface de navigation Jaws, ainsi que d’un terminal braille. 

Mes relations avec les collaborateurs furent excellentes dans l’ensemble, et je fus bien intégré au sein des équipes de travail. 

En revanche, mes craintes concernent mes recherches d’emploi. Même si des efforts sont réalisés par les entreprises concernant les aménagements de poste, trop de clichés demeurent tenaces… 

Je ne peux, à l’heure actuelle, me prononcer sur l’évolution de carrière. 

Thème 5 : Loisirs 

J’apprécie de faire du tendem, de la randonnée, ainsi que des activités associatives. 

Depuis quelques années, je m’investis au sein du Rotaract. Branche jeune du mouvement Rotary, le Rotaract fut créé en 1968. Il est la contraction du mot « Rotary » et « actions ». Selon les clubs, les actions réalisées peuvent être d’envergure internationale (financement de pompes à eau en Afrique, don de matériel pour la construction d’une école pour les sourds / muets au Liban…) ou d’envergure nationale (financements aux associations de personnes en difficultés, visite d’enfants malades au sein d’un service d’hôpital…). 

Thème 6 : La FÉDÉEH

J’ai rejoint la FÉDÉEH il y a maintenant 2 ans. 

Je trouve que les échanges autour de la problématique études - emploi -  handicap sont constructifs. 

En effet, lors des rencontres, il est important que chacun puisse s’exprimer sur des réussites ou des difficultés constatées. Cela permet un échange ouvert de bonnes pratiques. 

Date du témoignage: le 14 janvier 2013