Retourner à la liste des témoignages

Les enfants acceptent facilement le handicap

déficience visuelle
maladie évolutive
braille
enseignement ordinaire
enseignants spécialisés
encadrement pédagogique
bénévolat
Sports en Solidaire
INJA
période d'intégration
réorientation
standardiste
Forja
téléconseil
conseiller clientèle
sensibilisation (journée/formation)

Prénom : Dalibor

Type(s) de handicap : Visuel

Spécialité(s) étudiée(s) : Conseil en clientèle

Métier : Standardiste

 

Témoignage : 

Thème 1: Présentation du handicap

Je m’appelle Dalibor. Je suis très malvoyant de naissance et je m’attendais à perdre totalement la vue, ce qui s’est produit à l’âge de 22 ou 23 ans. Je voyais les silhouettes des gens et la télé étant enfant… puis plus rien. J’ai eu la connaissance du monde des voyants. Le mouvement, la vitesse, le dépaysement : ces notions font fortement écho dans ma conscience et, voyant, je crois que j’aurais aimé être pilote d’avion, conducteur de bus, de camion ou aventurier.

Thème 2: Scolarité

J’ai connu une scolarité ordinaire dans les années 80 ce qui était rare à cette époque. J’ai été bien accueilli par les enfants comme par les enseignants. A chaque niveau l’enseignant s’est adapté et a joué le rôle d’un enseignant spécialisé. En plus de l’aide de l’enseignant je bénéficiais de l‘aide d’une formatrice en braille. J’ai remarqué que les enfants acceptent facilement le handicap ; ils ne le voient pas, c’est tout. Ainsi je me souviens très bien de mon retour à l’école après ma première visite de l’INJA. Les enfants savaient que je devais incessamment les quitter pour aller poursuivre ma scolarité à l’INJA  et tous s’étaient mis debout pour m’accueillir. J’ai été très touché par cette sincère bienveillance.

Thème 3: Études suivies

Puis j’ai connu la scolarité à l’INJA. Le temps d’intégration a été difficile. C’est un grand établissement qui ne facilite pas l’intégration. J’ai découvert d’autres personnes. C’est appréciable de bénéficier du suivi, de posséder les outils pour un déficient visuel. La formation est complète : on aborde l’apprentissage de la locomotion de la maîtrise du braille. Tout est sur place et à l’extérieur on bénéficie du transport en taxi. Je voulais devenir professeur d’anglais. Mais j’étais de plus en plus en difficulté. J’ai suivi un cursus jusqu’en 3ème puis j’ai effectué une année complémentaire et je suis sorti de l’INJA en 1999.

Thème 4: Vie professionnelle

J’ai effectué un stage de découverte d’un métier après la 3ème. Le métier de standardiste semblait intéressant. Ce qui m’a poussé à suivre une formation au FORJA de 1999 à 2002. Après beaucoup d’entretiens, 6 années de recherche, je me suis orienté vers le télé conseil. Je suis devenu conseiller clientèle. J’apprécie ce métier. On gère notre temps. On prête une attention particulière à l’autre dont on identifie le besoin. On forme un bon binôme, une bonne équipe Marc et moi. Les collègues du service sont sensibilisés au besoin d’échanger les documents et prennent bien en compte les contraintes du handicap. Le chef de service témoigne d’une volonté évidente à  intégrer les non-voyants. Il faut qu’une tierce personne face le médium entre toi et les autres pour que l’on soit vraiment intégré. Il sait comment nous valoriser Marc et moi sans nous survaloriser, c'est-à-dire sans nous valoriser plus que l’on ne se valorise soi-même, ce qui est une situation embarrassante pour un non-voyant.

Thème 5: Loisirs

A côté du travail je suis bénévole dans une association sportive, une association cycliste. Je pratique le tandem. Le Président de mon association est non-voyant et sensibilisé à la thématique du handicap visuel. Par ailleurs je participe à des parcours dans le noir. J’écoute beaucoup la radio, les émissions documentaires, les films d’action.

Thème 6: La FÉDÉEH

Rejoindre la FÉDÉEH aujourd’hui me permet de découvrir d’autres actions en faveur du handicap. Une amie a voulu créer une plateforme dans le cadre de l’UPTIH. Comme moi elle souhaite découvrir d’autres actions et d’autres acteurs. Le personnel de la FÉDÉEH est très dynamique. Pour preuve notamment sa capacité à organiser un séjour d’une semaine dans les Alpes, séjour qui intègre une forte composante sportive, «  Sports en solidaire ».   

Date du témoignage: le 07 janvier 2012