Retourner à la liste des témoignages

Les mentalités évoluent et la FÉDÉEH va contribuer à les faire évoluer encore plus

diabète Type 1 insulino - dépendant
handicap invisible
suivi médical régulier
job étudiant

Prénom : Margot

Type(s) de handicap : Maladie chronique

Spécialité(s) étudiée(s) : BTS GCO comptabilité

Métier : Comptable

Ville : Grenoble

 

Témoignage :

Thème 1: Présentation du handicap

Je m’appelle Margot, j’ai vingt ans. Je suis actuellement dans l’attente de mes résultats du BTS CGO, Comptabilité et gestion des organisations.

Je suis diabétique depuis que j’ai douze ans. Rien de visible donc, ce qui facilite énormément la relation entre handicap et regard des autres au premier abord. Ma « maladie » ne me fait pas souffrir. Cependant si je suis mal traitée, mal soignée, je risque des amputations des mains et des pieds, des insuffisances rénales, des problèmes cardiaques, la cécité. Mon traitement se traduit par quatre contrôles sanguins ayant pour but d’analyser le taux de sucre dans le sang, pour pouvoir adapter les doses d’insulines. Je fais cinq piqures par jour, cinq injections d’insuline. 

Thème 2: Scolarité

Le diabète n’a pas d’impact sur ma scolarité. Je préviens mes professeurs en début pour qu’en cas de problème ils sachent quoi faire. Si je n’ai pas suffisamment de sucre dans le sang, on parle d’hypoglycémie, je risque un coma, il faut que je me re-sucre.

Je minimise au maximum l’impact du diabète sur ma vie. C’est une maladie qui implique une volonté de se soigner, car le traitement est principalement effectué par le malade. La partie difficile à vivre du handicap pour ma part, est le ras le bol que je ressens parfois. Le traitement est conséquent.

Thème 3: Études suivies

Je suis actuellement en BTS CGO, et doit intégrer l’ESC de Grenoble au mois de Septembre. J’ai passé un concours post-bac proposé par GEM. C’est un cursus spécial, qui s’adresse aux étudiants présentant un handicap.  Je souhaiterais faire un double diplôme qui est proposé par l’ESC en partenariat avec l’IEP de Grenoble. 

Thème 4: Vie professionnelle

Il est trop tôt pour moi pour parler de vie professionnelle. J’ai travaillé pendant deux mois dans la multinationale Schneider Electric en tant qu’assistante comptable, ainsi que dans un cabinet d’expert-comptable pendant un mois. Cet été, je vais travailler dans une banque. Il est important pour moi de souligner que dans les trois cas, mon handicap n’a pas été un problème. Les équipes ont été compréhensives, je pense que le fait d’expliquer le handicap permet de ne pas en faire un sujet tabou et de supprimer les inquiétudes. 

Thème 5: Loisirs

Je m’intéresse à la peinture, à l’histoire et aux voyages. Mon handicap n’est donc pas un frein à mes loisirs. Même si cela demande parfois de l’organisation quand je voyage, de façon à savoir comment conserver mes médicaments qui doivent rester aux frais pendant le transport, ou encore conserver une hygiène de vie irréprochable. Le diabète nécessite de faire attention à ce que l’on mange, ou encore aux blessures. Le diabète amoindri la capacité du corps à cicatriser.

Thème 6: La FÉDÉEH

J’attends de la FÉDÉEH qu’elle fasse évoluer les mentalités concernant le handicap, celles des entreprises, mais aussi celles des handicapés. Je me rends compte autour de moi que lorsque l’on est conscient d’avoir un handicap, on se freine soi-même sur ce que l’on peut dire ou pas, faire ou pas. Et que l’on réduit parfois ses perspectives concernant l’avenir. Je pense donc que les témoignages sont importants, j’espère qu’ils permettent aux handicapés de prendre conscience que la maladie n’est pas un frein à l’évolution. Les témoignages, les discussions avec les gens dans mon cas ont été très utile pour ma part. Cependant je suis consciente que lorsque le handicap ne se voit pas, cela rend l’approche différente, car on ne se pose pas de limite par rapport au regard des autres.

Date du témoignage: le 29 octobre 2012