Retourner à la liste des témoignages

Poursuivre ses études en école d'ingénieur lorsque le handicap se déclare après l'admission : c'est possible en se battant

HandiZgood
ecole d'ingénieur
INSA
déficience visuelle
génie énergie et environnement
Tutorat
tiers temps
secrétaire aux examens
génie civil

Prénom : Victor

Type(s) de handicap : Visuel

Spécialité(s) étudiée(s) : Génie energétique en relation avec l'environnement 

Métier : Ingénieur

Ville : Paris

 

Témoignage :

Thème 1 : Présentation

Etudiant déficient visuel, en 5ème année à l’INSA de Lyon, impliqué dans l’association HandiZgoud.

Je suis actuellement en filière génie énergie et environnement au sein de l’INSA de Lyon. Ma formation consiste à étudier les différents types de production d’énergie : énergies renouvelables, ensemble des procédés des centrales nucléaires, centrales thermiques, etc. Mon objectif serait de travailler dans les domaines porteurs de la gestion de l’énergie pour des procédés hautement énergivores.

Thème 2 : Présentation du handicap

J’ai perdu une partie de ma vue alors que j’étais en 2ème année d’école et j’ai donc développé certaines adaptations afin de pallier d’éventuels problèmes liés à mon handicap. Un aménagement est celui du tutorat. Une élève de 5ème année m’aide deux heures par semaine pour voir si j’ai bien assimilé les cours et les exercices. Ce tutorat, mis en place sur ma demande, est financé par l’INSA et l’étudiante est donc payée. 

Je bénéficie également d’un tiers temps supplémentaire pour les examens et d’un secrétaire mis à ma disposition, qui me lit le sujet et me relit les questions, si nécessaire. Ma vue est encore suffisante pour que je rédige mes copies moi-même.

Thème 3 : Scolarité et études suivies

Etant donné que mon handicap s’est déclaré en cours de scolarité, une réflexion quant à une possible réorientation a été nécessaire. Si j’ai toujours poursuivi mon envie d’être ingénieur, je me suis tout de même posé des questions quant au type de métier que je pourrais exercer. Il est évident que lorsqu’on est déficient visuel, les chantiers, par exemple, sont relativement interdits et que poursuivre des études en génie civil aurait été impossible. Les métiers de la mécanique, qui exigent beaucoup de lecture de plans et une vision d’ensemble, semblaient également proscrits. Mais, il s’est révélé que la discipline que je voulais exercer posait relativement peu de problèmes par rapport au handicap. J’ai pu poursuivre la scolarité que je désirais, ce que je considère comme une chance. 

Suite à mon expérience personnelle, je conseille fortement aux étudiants en situation de handicap de poursuivre leurs études malgré les difficultés. En effet différentes lois sur le handicap ont fait évoluer la situation, notamment dans les entreprises. Aujourd’hui, les étudiants en situation de handicap avec un haut niveau d’études sont vraiment très recherchés par celles-ci. Certes, il faut se battre dans le cadre des études supérieures mais trouver un emploi en sortie d’école présente moins de difficultés qu’auparavant.

Date du témoignage : le 11 mai 2012