Retourner à la liste des témoignages

Prépa et handicap : beaucoup d'appréhensions mais un expérience finalement positive après une période d'adaptation

prépa
études scientifiques
math sup
Orientation
compétition
encadrement pédagogique
adaptation
amitiés scolaires/étudiantes

Prénom : Félix

Type(s) de handicap : Moteur

Spécialité(s) étudiée(s) : Physique du signal

Ville : Strasbourg

 

Témoignage : 

Thème 1 : Études suivies

Je savais dès la Seconde que je voulais faire des études scientifiques, plutôt dans le domaine de la physique. Je ne connaissais pas alors les classes préparatoires, et j'avais à l'idée d'aller à l'université. Nous avons eu en Première une présentation sur les classes prépa, et j'ai commencé à envisager cette possibilité. Ce qui a fait pencher la balance, outre l'insistance de quelques professeurs, c'est l'idée que j'y serai beaucoup mieux encadré qu'à l'université. Car ce qui me faisait peur dans la fac, c'était la perspective de me retrouver seul et anonyme au milieu de la foule. J'avais toujours établi une relation de confiance avec mes professeurs, et cela m'avait beaucoup aidé à surmonter toutes les petites difficultés. Le côté « scolaire » de la prépa, son fonctionnement proche de celui du lycée, étaient à ce titre rassurants.

Mes notes me permettaient tout à fait d'être accepté en math sup, mais je n'étais pas du tout sûr de pouvoir tenir le rythme ni de réussir à être au niveau. 

La compétition m'effrayait un peu.

Cependant, j'étais prêt à prendre le risque. Mon objectif n'était pas d'être parmi les premiers et de réussir les meilleurs concours, mais juste de m'en sortir suffisamment bien pour rester dans le système et me faire un bagage scientifique solide en math et en physique, quitte à rejoindre l'université par la suite. Le raisonnement était qu'en entrant à la fac en troisième année plutôt que directement en première année, je me retrouverai dans une promotion plus réduite, et donc dans de meilleurs conditions, tout en ayant profité de la formation étendue et poussée de la prépa.

Finalement, après des débuts difficiles, je m'en suis plutôt bien sorti. Il m'a bien fallu deux mois d'adaptation, qui n'ont pas été très facile à vivre. Mais mes professeurs m'ont beaucoup soutenu et m'ont aidé à surmonter toutes les difficultés techniques. Tout m'intéressait et j'ai pris gout au petit jeu de la prépa consistant à être toujours plus performant sur les exercices de maths et de physique. Je garde de cette époque un bon souvenir et de bonnes amitiés.

Date du témoignage : le 21 janvier 2013