Retourner à la liste des témoignages

Reprendre des études après un traumatisme crânien

handicap invisible
Traumatisme crânien
fatigabilité

Type(s) de handicap : Autre

Spécialité(s) étudiée(s) : Master 2 en entreprenariat

 

Témoignage : 

Thème 1 : Présentation du handicap

Je souffre d’un handicap dit « invisible ». En effet, j’ai été victime d’un accident de voiture et du traumatisme crânien qui s’en suivit. J’ai tout « réappris » en rééducation à l’hôpital de Garches pendant 6 mois, puis auprès d’orthophonistes en libéral : langue française, course, orientation…

Thème 2 : Scolarité et études suivies

J’ai ensuite repris mes études en « redoublant » mon master 1 (déjà obtenu) pendant un an. Puis, j’ai étudié mon master 2. 

Thème 3 : Vie professionnelle

Actuellement, je cherche un travail à mi-temps. Je doute beaucoup de moi. J’ai fait un stage…pareillement, il est difficile de devoir jongler avec une grande fatigabilité, de reprendre la vie professionnelle après l’accident…Peu à peu, j’y viendrai avec plus d’assurance.

J’ai donc fait d’immenses progrès, mais au fil des années, cela devient de plus en plus difficile. J’ai de grands projets professionnels à long-terme (création de mon entreprise), mais je doute de ma capacité à pouvoir les réaliser, bien que mes professeurs et docteurs se montrent confiants. Tout d’abord, Je dois surtout début doucement dans la vie professionnelle : qui va piano va sano.

Beaucoup de personnes ne comprennent pas ce dont je souffre, puisque cela ne se « voit » pas. Je parais normal, comme les autres… alors que je ne le suis pas.

Je suis très très vite fatiguée. Je dors beaucoup : 8-9 heures par nuit, avec l’obligation de faire la sieste en début d’après-midi pour « tenir le coup ».

Je parais en bonne forme physique, mais parfois je suis si fatiguée que je n’arrive plus à rester debout et demande à m’asseoir en profitant de ma carte MDPH « station debout pénible ». Je suis quand même très capable de marcher, et me déplace en transport en commun. Mon permis n’est pas encore valable du fait de l’épilepsie.

Je ne sais pas s’il y a une justice sur terre entre tous…En étant en situation de handicap, j’ai rencontré de grandes difficultés, certains de mes droits n’ont pas été respectés…mais aussi, j’ai constaté une belle solidarité, comme si d’avoir autant souffert et failli mourir, les personnes sentent notre « nouveau cœur » et notre « nouvelle naissance ». Ces gens sensibles nous soutiennent d’une façon magnifique et aident à aller de l’avant.

Thème 4 : Loisirs

Je pratique énormément la musique, c’est vraiment ma mémoire musicale la seule qui n’ai pas été touchée par l’accident ! Depuis, l’accident, j’oublie beaucoup plus les choses mais mets en place des astuces et stratégies pour contrer contre mes oublis. J’ai aussi débuté la danse et le yoga après l’accident. Tricoter et lire m’apaisent aussi grandement.

Thème 5 : La FÉDÉEH

Je me suis rendue une fois à un salon hanploi organisé par la FÉDÉEH. Les bénévoles sont très aimables, mais je trouve que l’on manque de conseils précis et professionnels pour présenter sa candidature…

Date du témoignage : le 10 décembre 2015