Retourner à la liste des témoignages

Travailler à son niveau de qualification: une revendication légitime

déficience auditive
appareils auditifs
lecture labiale
TMS
emploi sous-qualifié
accessibilité du savoir
DUT
Master 2
scioliose
ergonomie
laboratoire
CDD

Prénom : Mégane*

Type(s) de handicap : Auditif - Autre

Spécialité(s) étudiée(s) : DUT - Master

Métier : Technicienne de laboratoire

Ville : Lyon

 

Témoignage:

Thème 1: Présentation du handicap

Je suis reconnue travailleur handicapé depuis 2003. Je suis atteinte de deux handicaps. J’avoue ne pas beaucoup aimer le terme handicap. Je le trouve pas très approprié.

Je suis atteinte d’une déficience auditive congénitale. J’ai une perte auditive d’environ 50 %. J’ai des appareils auditifs depuis 9 ans (2003), soit à 25 ans.   J’ai eu une enfance et une adolescence normale mis à part que je faisais répéter mes interlocuteurs.  J’ai également suivi une scolarité normale, j’étais d’ailleurs une bonne élève. Je me mettais toujours devant en classe.  Je suis née et j’ai vécu aux Antilles jusqu’à 18 ans. Les gens parlent fort et il n’y a pas autant de bruit qu’en métropole. Je me débrouillais assez bien car je lis sur les lèvres.  C’est en arrivant ici pour faire mes études que les choses se sont corsées. J’ai eu plus de mal à suivre an cours même si je me mettais devant.  Les amphithéâtres sont très grands.  Après avoir obtenu un DUT, j’ai travaillé pendant environ 2 ans sans appareillage auditifs et sans aménagement de poste puisque je n’étais pas encore reconnue travailleur handicapé. Mes collaborateurs savaient que je suis malentendante et ils ont été plutôt sympathiques. Le médecin du travail  ORL m’a dit « je ne sais pas comment vous faites ». Là, j’ai commencé à comprendre la gravité de ma déficience auditive. C’était en 2001. Par la suite mon entourage m’a convaincu de porter des appareils auditifs : ce que j’ai fait en 2003. Depuis, je me suis rendue compte qu’il y a des bruits que je n’avais jamais entendus : les cris des enfants en bas de chez moi, les chants des oiseaux au loin. Je me suis également sentie agressée par le bruit au début. Je devais faire plus attention aux milieux bruyants pour protéger mes oreilles.  Ma vie a changé positivement. Je me suis affirmée plus et j’ai repris mes études. Tout s’est bien passé cette fois et j’ai décroché mon Master  2  sans grande difficulté.  

Cependant, il n’y a pas de service concernant des aménagements possibles pour les étudiants reconnus travailleurs handicapés.

Mon deuxième handicap concerne mon dos. J’ai été opérée de scoliose il y a 20 ans. J’avais 13 ans. Il y a des sports que je ne peux pas pratiquer. J’ai été protégée après l’opération par mes proches. Mes camarades et mes professeurs étaient très compréhensifs car ils avaient été tenus informés de mon problème. Après l’opération, je ne pouvais même pas porter mes livres et cahiers pendant un an. Je suivais les cours avec les livres de mes camarades. Mon opération ne m’a pas posé de problème dans ma scolarité. Je ne m’occupais pas trop du regard des autres (je me tenais très droite).

Thème 2: Vie professionnelle

Par la suite, c’est dans le monde du travail que j’ai rencontré le plus de difficultés. Je ne dois pas travailler en milieu bruyant. Je ne dois  pas non plus porter de charges lourdes,  pas de station debout prolongée, pas de tâches répétitives. Je ne savais pas quels aménagements étaient nécessaires. Je savais juste qu’il me faut un siège qui couvre la totalité de mon dos.  

D’abord, mon stage de Master. J’ai été recrutée en tant que travailleur handicapé et le poste n’était pas aménagé. 

Lorsque j’ai trouvé un emploi en 2008, j’ai également été  recrutée en tant que travailleur handicapée pour 18 mois. Les CDD sont extrêmement rares  dans cette entreprise et mes collègues étaient étonnés. Il y avait des intérimaires. Cette entreprise voulait absolument me recruter même si par la suite je me suis rendue compte qu’ils n’avaient pas de poste correspondant à mon profil et à mes aspirations. J’étais en laboratoire. J’étais sur un poste qui ne correspondait pas du tout à mon niveau d’étude alors qu’ils m’avaient fait croire le contraire. J’ai vraiment été déçue par cette expérience. Mon poste a été aménagé et ils ont fait de leur mieux à ce sujet.  Mon contrat a été renouvelé et j’ai été affectée sur un poste plus intéressant. Mon CDD s’est terminé à la fin de l’année 2010. 

J’ai choisi de postuler sur des postes où je ne serai pas en laboratoire. 

Je n’ai pas aimé la façon de traiter les travailleurs handicapés par cette entreprise. Il est primordial qu’on soit recruté sur un poste qui nous corresponde (à nos aspirations et à notre niveau d’études), qu’on nous dise la vérité ou qu’on soit formé sur ce poste.

Thème 3: La FÉDÉEH

La FÉDÉEH est une association qui, à mon avis, peut aider les étudiants à changer les changer à l’université et à mieux se préparer à la vie professionnelle.

Date du témoignage: le 29 octobre 2012

* Le nom a été modifié pour des raisons de confidentialité