Retourner à la liste des témoignages

Un travail sur soi et son handicap, s'il s'inscrit dans le contexte d'un groupe compréhensif, permet de s'intégrer

Cervicalgie chronique
syndrome post-traumatique
psychosomatique

Prénom : Maxime

Type(s) de handicap : Maladie chronique

Spécialité(s) étudiée(s) : Economie

Ville : Paris

 

Témoignage : 

Thème 1 : Présentation du handicap

Ma forme invalidante de cervicalgie, est apparue en 2009 suite à un accident de voiture en 2006. Les principaux symptômes, ont été et restent encore dans une moindre mesure, les contractures musculaires, les céphalées de tension et une fatigabilité chronique.

Thème 2 : Études suivies

D’un point de vue universitaire, les deux années qui ont suivi mon accident ont été marquées par ma négation du handicap et sa forme latente, mais non invalidante. Puis l’année du Master 2 fut marquée par ma rupture sentimentale et les difficultés d’insertion dans la vie active. Pour moi le problème venait du handicap, je me sentais abandonné et le stress post-traumatique aggrava ma cervicalgie et favorisa mon entrée dans une spirale médicamenteuse.

Thème 3 : Stages suivis

En réalité mon rapport au handicap était aussi à l’origine des problèmes. Mon entourage familial, ouvert à la médecine moderne comme traditionnelle, m’a aidé en ce sens. Le fait que mon 1er responsable de stage ai pu soulagé par la natation sa lombalgie, que ma responsable universitaire m’ai moralement soutenu dans la réalisation d’un second Master 2 et que mon dernier stage de fin d’études ce soit déroulé dans le secteur des ONG m’ont permis de relativiser et de renouer petit à petit avec l’espoir et la combativité. 

Thème 4 : Vie professionnelle

Actuellement à la recherche d’un emploi et bénéficiant d’un planning d’entretien plutôt chargé, j’appréhende le handicap et les relations professionnelles de manière assez positive. En effet, j’ai suivi une psychothérapie transcriptive brève et j’ai une pratique régulière de la musculation et de la natation. Ceci me permet aujourd’hui d’atténuer significativement mes douleurs et leur impact sur ma vie quotidienne. 

Thème 5 : FEDEEH 

En conclusion, je retiens que mener une réflexion personnelle sur son handicap et en parallèle agir de manière collective et persévérante est indispensable pour une insertion durable et efficiente du handicap en entreprise. Je remercie donc la FEDEEH pour son action et toutes les entreprises qui par leurs collaborateurs, décident de s’ouvrir au handicap.

Date du témoignage: le 24 octobre 2012