Retourner à la liste des témoignages

Une vie associative très riche

maladie génétique
implants cochléaires
LPC
codeur LPC
associations étudiantes

Prénom : François

Type(s) de handicap : Auditif

Ville : Paris

 

Témoignage : 

Thème 1 : Présentation du handicap

Ma surdité profonde et bilatérale est de naissance, d’origine génétique (connexine 26). 

Pourtant, elle n’a été dépistée que vers l’âge de 2 ans. 

Vers l’âge de 20 ans, j’ai perdu totalement l’audition de l’oreille droite. 

En septembre 2010, je me suis fait poser, côté droit, un implant cochléaire.

J’ai aussi une sœur sourde, qui vient d’être diplômée en Master Médiation culturelle.

Mes parents ont fait le choix de me transmettre la langue française, par le LPC (Langue française Parlée Complétée) qui est un code permettant de visualiser les phonèmes – mots – phrases… en langue française.

Grâce au choix de mes parents, je ne me souviens pas avoir eu des difficultés à communiquer à l'oral avec ma famille et mes proches.

J’ai parfois moins d’aisance avec des amis ou collègues moins proches, car certains oublient d’articuler et de me parler en face ; il faut le leur rappeler de temps en temps.

Le plus difficile est avec les inconnus, car souvent ils ne sont pas sensibilisés à la surdité et ne savent pas comment communiquer avec une personne sourde.

Thème 2 : Scolarité

J’ai appris à vivre de mieux en mieux ma surdité. 

Le plus difficile a été à l’école primaire et au collège. 

A partir du lycée et surtout en études supérieures, les enseignants et les camarades ont su de mieux en mieux s’adapter à moi et accepter la différence.

Thème 3 : Études suivies

J’ai toujours été en intégration sans codeur LPC jusqu’au bac, puis avec codeur LPC en études supérieures.

Faire des études supérieures n’a pas été un long fleuve tranquille. Il m’a fallu faire preuve de beaucoup de persévérance ! 

J’ai fini par obtenir des aménagements de scolarité : codeur LPC, soutien avec les profs, preneurs de notes, prof-tuteur.

Thème 4 : Vie professionnelle

Diplômé ingénieur INSA Lyon, j’ai facilement trouvé du travail, sachant que les cadres handicapés sont rares et recherchés. 

Je travaille à EDF, en tant qu’ingénieur chargé d’études Contrôle-Commande, au Centre National d’Equipement Nucléaire.

Thème 5 : Loisirs 

Je suis passionné par la montagne : ski alpin, VTT, randonnée…

J’ai aussi fait 9 ans de basket-ball en club.

Ma surdité ne m’a pas empêché de faire un sport collectif en compétition.

Thème 6 : La FÉDÉEH

Malgré mon jeune âge, j’ai déjà presque 10 ans d’expériences associatives. 

Entre autres, je me suis investi à l’AFIDEO (Association Française de d’Information et de Défense des sourds Oralistes), en fondant la commission Ville et Surdité, qui promeut une meilleure accessibilité de la ville aux personnes sourdes. 

Ensuite, j’ai fondé l’association Handizgoud, qui organise chaque année une semaine de sensibilisation au handicap sur le campus de l’INSA, à destination du corps enseignants et des élèves-ingénieurs, potentiels futurs managers. 

C’est donc tout naturellement que je me suis retrouvé dans les objectifs de la FEDEEH.

Date du témoignage: le 06 octobre 2011